Parmesan en bloc (vegan)

On connaît tous.tes le parmesan vegan à saupoudrer, mais avez-vous déjà fait un parmesan en bloc vegan à déguster et à émietter sur tous vos plats ? C’est tout aussi facile, il faut juste un peu plus de patience, et vous me connaissez : pour moi, ça vaut le coup. Ce fauxmage ne demande pas d’ingrédients impossibles à trouver, mais il demande quelques bases spécifiques que je vous conseille de toujours avoir dans vos placards vegans (mais ne vous inquiétez pas – pas besoin de fécule de tapioca !).

 

 



 

Les fauxmages en bloc dur, ça fait partie des fauxmages souvent un peu plus techniques à faire. Ils demandent certains ingrédients difficiles à trouver, comme de la carraghénane en poudre – et bien que personnellement je fais régulièrement ce type de fauxmages (selon des recettes d’autres créateurices), ça m’embêterait de vous proposer des recettes comme ça. La raison est simple : j’essaye d’utiliser au maximum des ingrédients que vous n’avez pas besoin de commander sur le net, et que vous pourrez trouver en grande surface, ou au minimum en magasin bio. Alors, j’ai décidé de vous partager un fauxmage en bloc qui répond à mes critères : le « parmesan » vegan.

Je vous préviens de suite : tout commentaire outré, insulté, dévasté par le fait que j’appelle ça du « parmesan » sera supprimé illico. Jouer les saints de la nourriture, c’est rigolo deux minutes : ici, ce qui nous motive, c’est la création, l’exploration des saveurs. Je ne vais pas vous mentir : ce parmesan n’aura pas un goût de parmesan traditionnel. Mais il reste une excellente option pour le remplacer sur des pâtes, sur des gratins, dans des pestos – et moi, c’est ça que je recherche, l’innovation.

Personne n’a jamais rien créé sans oser.

Alors, si le fait de véganiser une recette vous choque à la façon d’un écervelé qui s’étrangle à la vue d’une cheville au XIXème siècle, j’ai bien peur que mon blog ne soit pas pour vous. A bon entendeur, comme dirait les boomers.

 

parmesan vegan

 

parmesan vegan

 



 

Alors, si mon fauxmage ne contient pas d’ingrédients trop compliqués à trouver, de quoi allez-vous avoir besoin ? C’est très simple Jamy :

  • des cajou ou des amandes émondées : je vais être honnête, je trouve qu’il est meilleur avec des cajou (le goût des cajou est plus doux et discret) MAIS je voulais aussi vous proposer une alternative. C’est pour ça qu’en vidéo (et donc, sur les photos) vous pouvez voir la version à base d’amandes émondées. La différence avec les cajous ? Le fauxmage aura besoin de rester un peu plus longtemps au frigo pour que les saveurs se marient entre elles et effacent le léger goût d’amande
  • de la levure maltée : quand tu sais tu sais, la levure maltée est quasiment indispensable pour faire du fauxmage
  • des assaisonnements : pour retrouver un goût un peu fromager, un petit goût de pied, j’utiliser de l’ail semoule, de l’oignon lyophilisé et du poivre blanc (et blanc spécifiquement, car le poivre blanc a un petit goût d’andouillette comme je vous le dis toujours)
  • du miso blond : c’est ce qui donne l’umami et le salé dans cette recette (en plus de la pincée de sel – ben oui, le fromage après tout c’est très salé) – un miso rouge peut être utilisé en dernier recours, mais surtout pas du miso noir. Préférez un miso acheté en épicerie asiatique
  • du vinaigre (ou du jus de citron) : juste un peu, parce que le fromage a un goût légèrement acidulé – ça relève aussi le goût des autres éléments
  • de l’huile de coco désodorisée : et désodorisée seulement, n’utilisez surtout pas d’huile de coco vierge ! En petite quantité, elle permet à notre fauxmage de pouvoir être formé en bloc et de garder sa forme sans s’émietter dans tous les sens

Et voilà ! Quand je vous parlais d’ingrédients un peu spécifiques à toujours avoir dans votre garde-manger, je parlais bien sûr de levure maltée, et de miso blond (de la pâte de soja fermentée). J’en utilise toujours beaucoup pour mes fauxmages. Quant à l’huile de coco désodorisée, j’essaye d’en utiliser peu parce que c’est une huile exotique (hé oui, les cocos ça pousse pas à Mulhouse) – mais il y a quelques recettes où elle est indispensable. Si vous décidez de faire sans, vous n’aurez pas un bloc qui se tient bien.

Je précise d’ailleurs que comme la majorité de mes fauxmages, la recette est inspirée des fauxmages de The Gentle Chef, dont vous pouvez commander les livres sur le net. Tout est en anglais, mais c’est grâce à lui que j’ai tout appris dans ce domaine.

 

parmesan vegan

 

parmesan vegan

 



 

Alors, quel est l’intérêt de faire ce parmesan en bloc plutôt que de faire un parmesan vegan à saupoudrer (d’ailleurs je vous ai partagé sur mon insta la recette du meilleur parmesan vegan) ? Déjà, parce que contrairement au parmesan à saupoudrer, il peut être mangé tel quel – bon, techniquement on peut manger du parmesan en poudre, mais ça ne se déguste pas franchement de la même manière. Celui-ci se découpe en morceaux et en lamelles. Ensuite, parce que visuellement, hé bien ça claque : vous pouvez l’utiliser pour faire un plateau de fauxmages maison, et quand il est bien dur, vous pouvez aussi le râper – même si techniquement, je pense que l’émietter entre vos doigts est un peu plus simple.

D’ailleurs, si vous voulez faire un plateau de fauxmages, ou que vous aimez tester différentes recettes, vous aimerez celles-ci :

J’espère que ce parmesan en bloc vous plaira ! Si vous le faites, laissez-moi votre avis, j’en serais vraiment très curieuse – et ça m’aide beaucoup pour le blog (même si je mets un peu de temps à valider les commentaires). C’est une recette simple, elle demande juste un peu de temps de mixage – littéralement. N’oubliez pas que vous pouvez me soutenir en me laissant un petit euro sur uTip – et si ce n’est pas déjà le cas, suivez-moi sur les réseaux : Instagram | Facebook | YouTube !

 

parmesan vegan

 

parmesan vegan

Auteur L'Herboriste

Ingrédients

  • 200 g de noix de cajou crues ou d'amandes émondées
  • 2 c. à soupe de levure maltée
  • 1/2 c. à café d'oignon lyophilisé
  • 1/4 c. à café d'ail semoule
  • quelques tours de moulin de poivre blanc environ 1/4 de c. à café
  • 1 belle pincée de sel
  • 40 g de miso blanc de préférence un miso trouvé en épicerie asiatique
  • 1/2 c. à soupe de vinaigre
  • 30 g d'huile de coco DESODORISEE ne surtout pas utiliser de l'huile de coco vierge

Instructions

  • Dans une poêle, faites légèrement toaster les amandes - dès qu'elles ont un peu de couleurs, sortez du feu. Cette étape n'est pas nécessaire si vous utilisez des cajou.
  • Versez les noix dans le bol de votre mixeur, et mixez. Si vous utilisez des amandes, vous aurez besoin de mixer longtemps, et probablement plus que ce que vous imaginez : mixez jusqu'à ce que les amandes menacent de se transformer en purée (j'arrête quand il y a un tout petit peu de purée sur les lames). Si besoin, laissez votre mixeur refroidir un peu après ça.
  • Si vous utilisez des cajou, vous n'avez pas besoin de mixer autant - arrêtez quand vous obtenez une poudre fine.
  • Ajoutez dans le bol de votre robot la levure maltée, l'oignon lyophilisé, l'ail semoule, le poivre blanc et le sel. Mixez pour mélanger les ingrédients.
  • Ajoutez ensuite le miso et le vinaigre et mixez à nouveau - vous aurez probablement besoin d'arrêter, de râcler et de mélanger régulièrement à la spatule pour que le tout soit distribué de manière homogène.
  • Enfin, pendant que le mixeur tourne (si possible), versez petit à petit l'huile de coco fondue. Encore une fois, il est possible que vous ayez besoin d'arrêter et de remélanger régulièrement, jusqu'à l'obtention d'une pâte (vous y verrez toujours des mini morceaux de noix, ce n'est pas grave).
  • Transvasez votre pâte obtenue dans un moule : pour pouvoir sortir votre "parmesan" facilement, vous pouvez utiliser un moule en silicone ou chemiser un tupperware de film étirable. Personnellement, j'ai utilisé un tupperware carré dans lequel j'ai formé mon parmesan en triangle en utilisant la moitié du tupperware.
  • Couvrez hermétiquement puis laissez au frigo au minimum 24 heures pour que les saveurs infusent entre elles - c'est encore mieux si vous pouvez le laisser 48 heures.
  • Dégustez avec du pain, sur vos pâtes, sur vos gratins, dans du pesto, et dans tout ce que vous voulez !

 



 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notez cet article