Orangeade au sureau

Le printemps apporte ses belles fleurs sauvages, et parmi elles, le sureau. On ne l’invente plus : cette plante, à laquelle on prête beaucoup de bienfaits, produit de petites fleurs blanches très odorantes durant cette saison, dont on peut se servir de mille façons. Mais n’oubliez de laisser à vos arbustes quelques bouquets, pour pouvoir déguster des baies de sureau au printemps…

 

 

Comment reconnaître le sureau

 

Chez moi, le sureau pousse près des ruisseaux et des rivières, et on le retrouve un peu partout en France. Le sureau est plutôt facile à reconnaître : de la route, vous verrez peut-être au loin de grands arbustes verts, parsemés de bouquets de fleurs blanches. Approchez-vous un peu : les fleurs doivent former de grandes ombrelles et dégager un parfum agréable. Bien que ce soit un arbuste, il comporte un vrai tronc en bois, et dans ses branches, vous trouverez une moelle spongieuse et blanche. Pour finir, les feuilles sont dentelées.

Evidemment, le sureau comestible n’est pas à confondre avec le sureau hièble, un arbuste dont les feuilles sont allongées et les fleurs en grappe. Prenez en compte toutes spécificités du sureau comestible (formes des fleurs, tronc, feuilles) – sans oublier, bien sûr, que le sureau ne fleurit qu’au printemps. Dès la fin de cette saison, le sureau s’est dénudé de ses fleurs, qui ont laissé place à de tout petits bulbes : ce sont les baies de sureau, que vous pourrez consommer cuites à l’automne. Attention : en cas de doute, ne consommez jamais de cueillette sauvage ! Mieux vaut prévenir que guérir.

 

 

On peut utiliser les fleurs de sureau d’une millier de façon ! Vous avez dû probablement voir passer des recettes de beignets ou de champagne de sureau – le premier demande pas mal d’effort, et le second pas mal de temps, puisque c’est une boisson fermentée. J’ai préféré faire simple, pour pouvoir permettre à tout le monde de profiter de ces merveilleuses petites fleurs : je vous ai concocté une délicieuse orangeade au sureau.

Le mélange de ces deux saveurs – orange et sureau – fait naître une saveur étonnante : en buvant cette orangeade, j’avais l’impression de boire du jus de litchi. Oui, je parle bien des litchis dans leur jus, qu’on achète parfois en canette au restaurant asiatique. C’est doux, rafraîchissant, sucré sans être entêtant, bref, c’est la recette parfaite pour se lancer dans la consommation de plantes sauvages. Mais je le répète : en cas de doute sur l’identification d’une plante, ne vous risquez pas à la consommer !

On prête tout un tas de bienfaits au sureau noir : réduction des inflammations, expectorant… Cependant, peu sont les études qui ont été menées sur cette plante. Comme tout, elle est donc à consommer avec modération. Au-delà de ses pouvoirs, le sureau est surtout délicieux : ses fleurs crues me font penser à la saveur pêche – abricot. Préférez une récolte loin des champs traités, pour ne pas avoir à les rincer : vous éviterez de perdre leur goût si prononcé. 

 

 

J’espère que cette recette vous plaira, et surtout, j’espère que vous apprécierez la vidéo que j’en ai faite. J’ai pris beaucoup de temps à la peaufiner, je me suis beaucoup amusé, et j’ai laissé parler ma créativité ; si vous n’avez pas encore regardé, je vous conseille vraiment de le faire. Et avec le son ♥ Si mon contenu vous plaît, n’oubliez pas de me soutenir en laissant un commentaire et en me suivant sur les réseaux : Instagram | Facebook | YouTube. A bientôt ♥

 

Auteur L'Herboriste

Ingrédients

  • 2 poignées de fleurs de sureau
  • le jus de 2 oranges
  • 2 c. à soupe de sucre ou de sirop j'ai utilisé mon sirop de lilas
  • 75 cL d'eau environ

Instructions

  • Sélectionnez vos fleurs de sureau. Personnellement, j'enlève autant de pédoncule (la petite tige verte) que possible car je trouve son goût désagréable, mais vous pouvez faire comme vous en avez l'habitude.
  • Préparez un grand pot en verre (ou une bouteille) de 1 litre.
  • Ajoutez-y les 2 poignées de fleurs de sureau, le jus des oranges, le sucre, et recouvrez le tout d'eau.
  • Mélangez, fermez, puis laissez infuser au frigo au moins huit heures (ou toute la nuit).
  • Après ce temps d'infusion, votre orangeade est prête : filtrez-la, versez-la dans un pichet, et buvez bien frais avec des glaçons !
  • Vous pouvez garder les fleurs filtrées pour les incorporer à un gâteau, un smoothie... Ou tout simplement, les mettre au compost 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *